KLS

Publié le par Sylvain

V-Sachsenhausen1.JPGKLS, comme "Konzentration Lager Sachsenhausen" (camp de concentration de Sachsenhausen).  A 30km au nord de Berlin a été établi le premier camp de concentration du IIIe Reich. Je m'y suis rendu cet après-midi et j'ai été passionné par son histoire. En fait, l'évolution du camp peut se décomposer en 4 périodes :
  • 1933-1934 : camp de concentration d'Oranienburg
Le premier camp est installé par la SA en plein centre de la ville d'Oranienburg dans les bâtiments désaffectés d'une ancienne brasserie. Le camp de Sachsenhausen, non loin d'Oranienburg sera construit trois ans plus tard.
  • 1936-1945 : camp de concentration SS de Sachsenhausen
Le camp est en forme de triangle, et ses baraques sont organisées en demi-cercle. Le cynisme des Nazis se lit à travers la mention "Arbeit macht frei" (Le travail rend libre) forgée dans la grille de l'entrée. De plus, cette entrée est appelée Porte A, alors que le crématorium est appelé Station Z, c'est-à-dire la première et la dernière lettre de l'alphabet, le début et la fin de la détention d'un prisonnier au camp. Durant cette période, près de 200 000 personnes ont été internées, la moitié y a perdu la vie.
  • 1945-1950 :  camp spécial soviétique n°7
Quelques mois après la chute du régime nazi, les soviétiques qui avaient libéré le camp en avril 1945 l'utilisent à leur tour. Le camp spécial sert à l'internement de petits fonctionnaires du IIIe Reich, mais aussi d'"indésirables" politiques et de victimes d'une détention arbitraire, ainsi que de condamnés des tribunaux militaires soviétiques : femmes et hommes, jeunes et vieux, nazis ou non. 60 000 personnes y séjournent, et près de 12 000 y meurent de sous-alimentation ou de maladies.
  • V-Sachsenhausen5.JPG1961-1990 :  mémorial national et lieu d'appel à la vigilance de Sachsenhausen
La RDA demande dès 1956 l'aménagement d'un mémorial sur le lieu du camp. Plutôt que de conserver les bâtiments historiques, on décide de construire un complexe commémoratif symbolisant la "victoire de l'anti-fascisme sur le fascisme" qui n'intégrerait que quelques vestiges des baraquements. Inauguré en 1961, quelque temps après la construction du Mur de Berlin, le mémorial comporte 3 musées dont une exposition qui s'intitule "Das andere Deutschland" (L'autre Allemagne) : elle présente la RDA comme l'héritière de la résistance des détenus - communistes - des camps alors que la RFA est le successeur du National-Socialisme.
*
Depuis 1993, les expositions de propagande soviétique ont été retirées. J'ai trouvé intéressant cette façon d'instrumentaliser le cours de l'histoire pour pouvoir faire passer un message de propagande bien ciblé. Encore à titre d'exemple, le monument érigé par les Soviétiques comporte notamment une tour de base triangulaire et dont les côtés sont eux-même recouverts de triangles rouges renversés, symboles des prisonniers politiques. Donc là, aucun signe des autres catégories de détenus (Juifs,  Tziganes, homosexuels...). Il s'agit en effet d'un monument politique célébrant la victoire de l'anti-fascisme sur le fascisme. La statue qui se trouve à son pied montre un soldat russe délivrant deux hommes, habillés avec une tenue d'ouvrier, plutôt qu'en uniforme concentrationnaire.

Le visiteur qui ressort du camp est pris d'un curieux malaise : quelle interprétation je fais de l'histoire ? Comment être certain que ce que le monde et son histoire tels que je les ai appris m'ont été présentés de façon objective ? Mon point de vue sur l'histoire n'est-il seulement qu'un point de vue parmi d'autres ?

V-Sachsenhausen2.JPGL'entrée du camp
V-Sachsenhausen3.JPG"Le travail rend libre"

PS : d'autres photos dans l'album "Monuments"

Publié dans Berlin

Commenter cet article

Laure 21/10/2007 04:28

Très intéressant. Et entièrement d'accord. Même si ce n'est pas comparable, ici les gens me parlent de Pinochet en me conseillant de ne pas croire tout ce qu'il y a écrit. Parce que c'est totalement incomplet et interpréter. Beaucoup m'ont raconté leur vision des choses, et rien à voir avec notre européanisation des choses...